Nous devons faire de l’Innovation le fer de lance de notre bataille pour la compétitivité et Toulouse a tous les atouts pour être en pôle position sur ce sujet.

Un article paru il y a 15 jours dans La Tribune nous apprend que le brevet du trottoir électrique détenu par la start-up toulousaine Viha Concept a été vendu à une entreprise américaine faute d’avoir trouvé un financement en Midi-Pyrénées et que son concepteur et fondateur a décidé de fermer son entreprise et de s’installer à New York.

Cette histoire est révélatrice du retard accumulé en matière de soutien à l’innovation par notre métropole et plus largement notre pays. Il est extrêmement regrettable de voir que nous ne valorisons pas suffisamment nos talents qui sont contraints de s’exiler … et d’exercer ailleurs leur activité. C’est un fait, on ne favorise pas assez en France la prise d’initiative et de risque, l’investissement dans les PME innovantes, le transfert de la recherche vers le monde économique. Or pour redresser durablement notre économie, seule une politique forte et ambitieuse en matière d’Innovation pourra nous permettre de renouer avec la compétitivité, relancer une industrie forte et créer les emplois de demain !

Certaines mesures positives ont déjà été prises depuis une dizaine d’année, que ce soit pour fédérer les acteurs (mise en place des pôles de compétitivité, l’autonomie des universités …), ou pour améliorer le financement de l’innovation (Oséo, crédit impôt recherche et loi TEPA). Toulouse a d’ailleurs largement bénéficié de ces politiques.

Pourtant la situation reste très préoccupante : la France est classée dixième en Europe pour l’innovation, aucune entreprise française n’apparaît dans les 50 entreprises les plus innovantes au monde, la part d’investissement R&D en entreprise faible (1,2 % du PIB contre environ 2 % aux USA) et les PME-PMI s’impliquent peu dans l’innovation.

Sur ce sujet majeur pour notre avenir, il ne doit pas y avoir de fatalité et la France a d’énormes atouts qu’il convient de mieux mettre en musique. Notre métropole toulousaine, forte de ses incroyables potentiels de recherche, d’enseignement supérieur et de savoir-faire technologique doit être en pôle position de cette nouvelle politique d’innovation.

A l’image des expériences très réussies dans ce domaine aux Etats-Unis ou en Allemagne, je défends la nécessité d’impulser, à Toulouse mais plus largement en France, une politique publique plus volontariste qui favorise la culture entrepreneuriale et l’innovation, notamment à destination des PME, afin qu’elles puissent avoir accès plus facilement au savoir-faire technologique, à la R&D et surtout à des financements dans des délais plus rapides.

Compte tenu de l’état des finances publiques, ma conviction est qu’il ne faudra pas uniquement proposer des nouveaux crédits ou des aides publiques, mais aussi et surtout faire en sorte que la puissance publique soit un entremetteur efficace qui facilite les synergies et les passerelles entre tous les acteurs : chercheurs, universitaires, entrepreneurs et investisseurs.

Au rang des mesures phares de ce grand plan dédié à l’innovation que j’appelle de mes voeux, il faudra notamment :

  • Encourager les vocations scientifiques mais aussi en parallèle mieux former à l’entrepreneuriat pour transformer l’essai « économique » de la recherche
  • Multiplier les stratégies de filières et de clusters, à l’image de ce que nous avons impulsé à Toulouse avec nos 4 pôles de compétitivité mais aussi les campus thématisés comme le Cancéropôle ou Aerospace Campus
  • Renforcer la recherche à vocation applicative, en lien étroit avec le monde des entreprises et particulièrement les PME, en s’appuyant sur des exemples réussis comme le LAAS-CNRS
  • Renforcer le crédit impôt recherche en le réorientant vers l’industrie et les PME de haute et nouvelle technologies
  • Favoriser le financement de l’amorçage qui pose un réel problème en France à toutes les start-up innovantes,
  • Stimuler et simplifier le dispositif de soutien à l’innovation des PME

L’innovation doit devenir une grande cause nationale. Une bataille qu’il faut absolument gagner, à Toulouse plus qu’ailleurs, pour garantir la croissance, la création de richesses et les emplois de demain. 

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s