Mes priorités

Si je suis élue, je m’engage à …

Etre une députée à temps plein et mettre toute mon énergie au service de ce seul mandat. 

Je considère en effet qu’être député nécessite un engagement permanent, à la fois sur le terrain au contact des habitants et des élus locaux, mais aussi à Paris où un travail assidu à l’Assemblée Nationale doit être mené pour travailler les dossiers et les lois. C’est la raison pour laquelle, ma conviction est qu’exercer un mandat de député à fond n’est pas compatible avec l’exercice d’un autre mandat exécutif local.

Vous rendre publiquement des comptes tous les 6 mois

Parce qu’il est indispensable pour notre démocratie d’établir des ponts plus réguliers entre les élus et leurs concitoyens, et parce que la plupart du travail de fond d’un député s’exerce à paris sans être très « visible », je considère qu’un député doit régulièrement et localement rendre compte de son action à ses électeurs. C’est la raison pour laquelle je m’engage non seulement à ouvrir une permanence sur notre territoire ouverte à toutes et à tous, mais aussi à organiser au moins tous les 6 mois des réunions publiques pour échanger avec vous.

Défendre à l’Assemblée Nationale les grandes réformes nécessaires pour redresser notre pays

Au plan national, le rôle des députés sera crucial dans une France confrontée à des défis immenses (désendettement, baisse des dépenses publiques, compétitivité et croissance, emploi, pouvoir d’achat, cohésion sociale, transition énergétique …). Les enjeux pour notre pays sont majeurs si l’on ne veut pas être les prochains après la Grèce, l’Italie et maintenant l’Espagne sur la liste noire des pays en crise de l’UE! Notre pays ne peut pas attendre! Il y a urgence à prolonger et amplifier le travail de réformes engagé sous la précédente majorité.  La France a d’incroyables atouts et potentiels pour demeurer une grande puissance : avec de la lucidité, du courage, de l’enthousiasme pour porter des réformes qui devront être équitablement réparties, il n’y a pas de fatalité. Notre pays retrouvera confiance et dynamisme.

5 sujets majeurs sur lesquels je souhaite axer mes priorités de travail au niveau national :

  • Mieux gérer l’argent public : pour sortir de la spirale infernale du surendettement, seule une politique volontariste de baisse de la dépense publique pourra être efficace ! Les chiffres parlent d’eux-mêmes : avec un niveau de dépenses publiques qui n’a cessé d’augmenter pour atteindre 57% du PIB, parmi les plus élevés d’Europe, notre pays connaît pourtant chômage, baisse du pouvoir d’achat, crise du logement et de la cohésion sociale … preuve que la dépense publique à l’extrême n’est pas la solution efficace à nos problèmes. Il faudra donc engager une grande réforme de l’action publique et recentrer l’Etat sur ses missions prioritaires. Avec 30% de part de la dépense publique, les collectivités locales devront également être réformées en profondeur pour en finir avec l’inefficacité d’un système décentralisé trop complexe. Il faudra être extrêmement vigilent sur ce sujet face à une gauche qui a promis un retour en arrière sur la réforme des collectivités territoriales par souci clientéliste. En parallèle, là où la gauche n’a de cesse de promettre plus d’impôts pour financer ses promesses qu’elle sait pourtant intenables, j’ai la conviction que notre pays a déjà atteint un plafond en terme de fiscalité. Avec un taux de prélèvements obligatoires à 46% du PIB, notre pays est le champion européen du genre! C’est d’une grande remise à plat de notre fiscalité dont la France a besoin, pour proposer un système fiscal plus lisible, équitable et surtout plus efficace.
  • Renouer avec la compétitivité pour créer emplois et richesses : Avant de vouloir partager les richesses, il faut surtout les créer et favoriser à nouveau dans notre pays la prise de risque, l’initiative et l’investissement.  Nous ne pouvons pas continuer à regarder notre balance commerciale structurellement déficitaire depuis près de 30 ans sans rien faire. Le moteur de la croissance doit être relancé par l’innovation. Ce sont les nouvelles technologies, les services de demain, les produits du futur qui tireront à nouveau par le haut la dynamique de compétitivité de notre pays, les richesses et les emplois de demain. Notre pays devra  favoriser par tous les moyens sa ré-industrialisation, secteur dans lequel nous avons perdu des centaines de milliers d’emplois au cours des dernières décennies. Enfin je n’oublie pas les PME qui sont le terreau fertile de notre économie et qui représente 80% des emplois en France. Il faudra une grande politique volontariste pour les accompagner dans la voie de l’innovation en facilitant notamment les conditions d’accès au Crédit Impot Recherche, les aider à atteindre une taille intermédiaire (grande force de l’économie allemande) pour être en mesure de gagner le pari de l’exportation et alléger les charges sociales qui pèsent aujourd’hui exclusivement sur le coût du travail en freinant l’emploi et la compétitivité.
  • Refaire de l’Ecole un ascenseur social républicain pour tous, qui tire vers le haut et vers l’excellence tous nos enfants, qui garantisse que chaque enfant sache lire, compter, écrire à son entrée en sixième, qui restaure les notions de respect et de mérite, et qui transmette de nouveau les bases fondamentales d’une éducation civique. Plus largement et au-delà de l’Ecole, c’est tout notre système éducatif et de formation qui doit être modernisé et rapproché du monde du travail et de l’entreprise, pour garantir à nos jeunes une formation « qualifiante » et donc un emploi.
  • Proposer un Grenelle de la dépendance et des services à la personne. Le sujet de la fin de vie de nos aînés est une préoccupation essentielle pour toutes les familles et donc pour notre société toute entière. Au-delà des places en maison de retraites ou médicalisées, il faudra également favoriser le maintien à domicile des personnes âgées dépendantes pour leur permettre de vieillir dans la dignité et lutter contre leur isolement. C’est toute une filière qui doit être structurée et accompagnée, et qui sera source de croissance et de création de nombreux emplois, notamment ceux des services à la personne.
  • Soutenir une écologie positive et créatrice d’emplois, dans la continuité du Grenelle de l’Environnement impulsé par Jean-Louis Borloo. C’est un des sujets de prédilection de Philippe Perrin, mon suppléant. L’écologie ne doit pas être punitive, ni dogmatique mais très pragmatique et constructive. En faisant le pari des nouvelles technologies de pointe couplées à l’environnement, c’est une révolution verte porteuse de croissance et d’emploi que nous pouvons enclencher.

Consacrer toute mon énergie à défendre les intérêts de la métropole toulousaine et à développer les atouts de notre circonscription:

  • Oeuvrer pour améliorer la desserte de notre métropole et les transportsAssurer l’arrivée du TGV dans les meilleurs délais, relancer le dossier d’une 2ème rocade (en envisageant des modes de financements innovants)
  • Favoriser les synergies entre notre incroyable potentiel scientifique et universitaire et nos entreprises, sur le modèle d’Aerospace Campus ou des pôles de compétitivité, pour stimuler l’innovation, la compétitivité de notre territoire et l’emploi
  • Préserver les zones vertes et rurales qui participent de l’incroyable qualité de vie de notre circonscription
  • Travailler en lien permanent avec les élus locaux, les collectivités locales et les citoyens  
Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s