Mon suppléant

Comme moi, Philippe Perrin est issu de la société civile et engagé en parallèle dans la vie politique.

Nous partageons les mêmes valeurs et convictions du centre-droit, la même conception de la politique, du rôle d’un élu moderne et efficace, la même volonté réformatrice, la même ambition pour notre territoire !

Astronaute, pilote d’essais chez Airbus, ancien pilote de chasse, ce polytechnicien de 49 ans, marié et père de trois enfants, a toujours tourné sa vie vers l’action et les projets de haute technologie.

Il débute sa carrière comme pilote de chasse en 1985 et participe à 26 missions de combat pendant la guerre du Golfe.

Sélectionné astronaute par le CNES en 1996, il est choisi par la NASA pour effectuer la mission la plus complexe jamais offerte à un non-américain. Il garde de ses 6 années d’entrainement à Houston une connaissance parfaite de la langue et de la culture américaine. Il rejoint en 2002 l’Agence Spatiale Européenne et  participe à la mise au point du véhicule ATV qui, pour la première fois dans l’histoire spatiale européenne, effectue un  rendez-vous automatique. Ce véhicule est aujourd’hui la fierté des toulousains puisqu’il est contrôlé depuis le site du CNES – Toulouse.

Philippe Perrin décide alors de poursuivre son implication dans la construction européenne en rentrant chez EADS où il exerce aujourd’hui encore la fonction de pilote d’essais. C’est ainsi qu’il participe depuis Toulouse à la mise au point du grand porteur A 380 et du programme militaire A 400M. Il est aujourd’hui plus particulièrement impliqué dans les aspects  « recherche avions futurs ».

Philippe Perrin, pilote d’essais chez Airbus

C’est pour défendre en Europe la pérennité d’une excellence industrielle « à la française » aujourd’hui attaquée par les intérêts à court terme de la finance anglo-saxonne, qu’il décide de rentrer en politique et qu’il rejoint, en 2007, l’UMP 31 où il siège au comité départemental.

De son aventure spatiale, Philippe a développé une vraie connaissance de la problématique environnementale et  une motivation très pragmatique à mener à bien ce nouveau combat. Il développe ainsi sur Toulouse  l’image d’une démarche environnementale de droite, loin des dogmes et toujours empreinte du réalisme de l’ingénieur. Il défend l’isolation des bâtiments par l’extérieur, l’introduction de la voiture électrique, la rationalisation de la filière bois et la promotion des carburants de deuxième génération à base de ligno-cellulose. Il s’oppose à l’introduction de l’éolien tant que le problème du stockage de cette énergie n’a pas été résolu.

C’est avec cette conviction forte que l’écologie ne doit pas être dogmatique, mais bien positive et concrète, qu’il s’engage auprès de Jean-Louis Borloo en rejoignant le Parti radical en 2010. Son engagement fidèle aux valeurs de la droite républicaine, son courage maintes fois démontré, sa connaissance des deux grand pôles toulousains que sont l’aéronautique et le spatial, ainsi que sa véritable connaissance de la cause environnementale, font de Philippe une force pour la vie politique de notre circonscription.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s